The Krysalis world

[fr]

Maintenant que vous êtes familiers du traitement de l’histoire que nous allons appliquer à Krysalis, attaquons-nous à la partie la plus intéressante : la partie intra-diégétique (je l’ai déjà précisé dans mon précédent billet, j’adore ce mot. Je sais, il est peu agréable à l’oeil et à l’oreille, mais il est magique).

Il est important de préciser que l’histoire de Krysalis se déroule dans une réalité alternative, parallèle à la nôtre. J’aime  souligner ce point, plutôt que de laisser planer le doute ou de faire comme si de rien n’était : les différences sont minimes, mais elles sont palpables, au point que le joueur pourra s’amuser au jeu des sept erreurs en comparant le monde de Krysalis et le nôtre. Pourquoi affirmer que Krysalis se déroule dans un monde parallèle ? C’est une manière de légitimer la création d’événements qui servent le récit, mais qui ne collent pas avec ceux de la réalité dans laquelle nous vivons. Une manière de bien dire au joueur : « tu entres dans un nouveau monde : prends garde, car les différences pourraient s’avérer lourdes de sens, voire utiles à l’intrigue ».

L’autre avantage, c’est que, l’histoire se déroulant en 2019 (c’est à dire dans 9 ans), la situer dans un monde parallèle sensiblement différent permet plus de liberté dans l’anticipation. Tenter de prévoir exactement ce qui se passera dans les 9 ans à suivre, dans notre réalité, afin de créer un contexte cohérent, relève de l’impossible. Ainsi, pour justifier le fait que l’Histoire du monde de Krysalis (la période 2010-2019 notamment) divergera de celle de notre monde réel, nous avons choisi de la placer directement dans un monde parallèle afin de moins souffrir de la comparaison… et de permettre au jeu de mieux vieillir.

Ainsi, le monde de Krysalis (qui sera détaillé de manière plus assidue dans le guide du joueur), est très semblable au nôtre, et commence à diverger du nôtre à partir, globalement, des années 1950 – mais de manière très subtile. Ainsi, si vous débarquiez dans le monde de Krysalis en 2010, vous ne seriez nullement dépaysé au premier abord : les mêmes événements majeurs ont marqué son Histoire, de la Guerre de Corée à la chute du mur de Berlin, en passant par les attentats du 11 septembre.

Cependant, vous seriez étonné d’apprendre, par exemple, que Barack Obama est toujours sénateur de l’Illinois en 2010, et qu’un certain Edward J. Cuthbert (républicain), a pris la suite de Bush fils à la tête des Etats-Unis. En consultant un livre d’histoire, vous constateriez que la chute du Mur de Berlin a eu lieu un jour plus tôt (dans la nuit du 8 au 9 novembre 1989), ou encore vous découvririez que la tour qui domine le quartier Montparnasse porte toujours, même dans le langage courant, son nom officiel, « Tour Maine-Montparnasse ». Enfin, les attaques du 11 septembre ont visé le WTC, le Pentagone et la Maison-Blanche, dont l’aile ouest a entièrement été détruite.

Petite note extra-diégétique : en tant que fluffeur, j’essaie de rendre cette réalité alternative la plus cohérente possible : ainsi, cette dernière modification est loin d’être gratuite – même si elle fait référence à une série de science-fiction contemporaine 😉 : la destruction partielle de l’aile ouest de la Maison-Blanche (qui comprend le bureau ovale) a fait près de 200 victimes, dont certains des membres du cabinet de George W Bush ; Cuthbert a ainsi grimpé les échelons en remplaçant d’abord l’un des membres, puis en critiquant la gestion économique et trop peu sécuritaire du pays ; ainsi, dans le monde de Krysalis, à la place de McCain, c’est Cuthbert qui représentait le parti républicain dans la course à la présidence, dans un pays autrement plus touché par la disparition de l’un de ses plus forts symboles (le bureau ovale !). Bien sûr, les choses sont grossièrement résumées, mais disons que la réinvention de l’histoire dans le monde de Krysalis se veut cohérente et logique.

Vous seriez encore plus sidérés par les progrès de ce monde en matière de biochimie et de génétique : durant les années 2000 et 2010, de nombreux débats portant sur l’éthique ont à peine entamé l’avancée fulgurante d’une science en passe de guérir le cancer. Nous n’en sommes pas encore à cloner des humains à tout va, mais si par exemple un médecin vous diagnostiquait un cancer du colon, il vous répondrait que ce n’est pas si grave et que les derniers progrès en matière de thérapie génique permettent la rémission complète et sans chirurgie dans 70% des cas. Ainsi le monde de Krysalis est sensiblement plus avancé que le nôtre en matière de soins médicaux.

A contrario, les habitants du monde de Krysalis sont un peu moins portés sur le nucléaire : ainsi, certains débats, voire conflits, provoqués par cette technologie dans notre monde peuvent être amoindris voire inexistants là-bas. Par exemple, l’Iran est plus discret sur le développement de son programme nucléaire, et les USA font plus volontiers la sourde oreille. Les énergies propres sont plus répandues.

En un sens, le monde de Krysalis est aussi perdu que le nôtre : ici, le réchauffement climatique alimente toutes les conversations ; là-bas, c’est le débat sur la sécurité qui prime. Alors même que les avancées de la biochimie et de la génétique ont permis de guérir des maladies que nous ne verrons pas disparaître avant longtemps, les tensions entre les grandes puissances se sont accrues dans les années 2010, au point que dans le monde de Krysalis, l’Horloge de l’Apocalypse a bien une bonne minute d’avance sur la nôtre…

Dès le départ, c’était la volonté de Matou, initiateur du projet, de plonger le joueur dans un univers familier, un contexte qu’il maîtrise globalement. Nous avons respecté cette ligne de conduite tout en jouant avec ce concept de réalité parallèle, qui nous permet d’installer plus confortablement les différents éléments qui serviront aux joueurs les plus assidus pour mener l’enquête. Matou définit le monde de Krysalis ainsi : globalement, il faut faire penser au joueur que la catastrophe qui va changer la face du monde de Krysalis pourrait arriver ici aussi, dans les mois ou les années qui viennent, dans notre univers familier, rationnel. C’est pour cette raison, notamment, que nous avons fini par rejeter très vite des idées (certes intéressantes) de soldats aux capacités psychiques ou d’armes trop futuristes, et que nous avons situé l’histoire dans un futur proche.

Ainsi, dans le monde de Krysalis, finalement pas si différent du nôtre et familier du joueur, c’est dans un futur proche, en 2019, que va avoir lieu la catastrophe qui va plonger notre équipe de scientifiques et militaires au coeur du mystère et de la terreur…

*roulement de tambours menaçants en attendant la suite* 🙂

GRLC

[/fr]

[en]

Now that you know how we gonna tell the story of Krysalis, let’s get to the more interesting part : what are we gonna tell ?

It should be very clear that Krysalis is set in an alternate history (not into our reality, but in a parallel world in wich, at some point in the past, History as we know it started to « diverge »). I want it to be very clear for future players : differences are not huge, but they are relevant enough to be part of the story.  We want the player to be perfectly aware that he/she is in a different world, in wich the differences he/she will find may hold clues.

Another problem for us is that the game’s story takes place in 2019 (in 9 years). Better than try to predict what will happen in nine years to make the Krysalis world looks genuine, we decided that the best would be to set the story in an alternate timeline, in wich we can be free to create a 2019 that (maybe) won’t be close to the real one, but will feel authentic, regarding the events depicted throughout the timeline.

The world of Krysalis is very near from our world : slightly, some minor differences start to show up around the 1950’s,  but the real change occures around the 2000’s – 2010’s. So, if you were teleported in the Krysalis world in 2000, you would feel pretty much at home : well, ok, the Fall of the Berlin Wall occured a day earlier (8th november). But that’s nothing compared to the – almost – successfull (and horrible) attack on the White House during 9/11 :  in the Krysalis world, the last plane hit the West Wing of the White House. As you know, « butterfly effect » is what it is, and in 2010, Barack Obama is still senator of the Illinois. Instead, Edward J. Cuthbert  (republican) followed George W. Bush ; Cuthbert has since be reelected, and is still the president of the United States in 2019, in the Krysalis World.

Do you see where I’m going : an alternate reality, so close to our… and also different.

But wait, there’s more : the Krysalis world is also slightly different from our world when it comes to nuclear weapon/energy ; maybe Hiroshima and Nagasaki had a greater moral impact back there, because the Cold War was more about biochemical weapon than nuclear weapon. Less nuclear plants, more clean energies.

And yes, the Krysalis world is a little more advanced in bioengineering, genetic and medecine : it’s not clone’s time, but they are about to find a cure against cancer, and somes genetic diseases that we still carry were almost eradicated back there.

The thing is, in our reality we’re currently arguing about global warming and nuclear bombs, while the Krysalis people are speaking about the legal issues about ongoing genetic progress, and biochemical bombs… The same old story.

A world that is not so different from our world…

From the beginning of the project, it was Matou’s intention to create a familiar world, in order to give the impression that all the terrible events that are going to happen in the Krysalis world could happen here too… sooner than you think…

GRLC

[/en]

3 thoughts on “The Krysalis world

  1. Voui, j’avais déjà essayé d’expliquer dans le précédent billet… disons que c’est un mot qui fait très peur, mais en fait il est très simple et très utile pour parler d’histoires 🙂

    Diégèse = Univers du récit (le récit raconté plus tout ce qui l’entoure : par exemple, quand Fox Mulder pique un somme, c’est pas montré à la télé, dans l’histoire racontée, mais ça fait toujours partie de l’univers du récit : c’est donc intra-diégétique).

    Disons que ce billet est encore très extra-diégétique, parce que je ne métale guère sur le récit lui-même et que j’en fait des tonnes sur sa fabrication et sa perception par le joueur/testeur 🙂 Le prochain par contre, il sera 100% intra-diégétique 😉

  2. Ping : Le Projet Krysalis : le Dome « Krysalis – boardgame

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *